lundi 21 avril 2014

The Istanbul Photo Diary - Fin et Morceaux Choisis




Istanbul est une ville qui ne dort pas. Ou alors, seulement très tôt le matin. 


Sur Tarlabasi boulevard le trafic est incessant. Les piétons semblent se jeter sous les voitures. 


Les enseignes au néon ne s'éteindront pas de la nuit; et ce coiffeur au bout du boulevard vous ouvrira sa porte passé minuit si nécessaire. 

Sous des échafaudages brûle un feu qui se consume à partir de rien; trois bouts de carton, des détritus, et trois silhouettes penchées dessus.


Des volées de marches, le rouge teinté de pourpre d'un large étalage de grenades et d'oranges. Le gris du ciel qui se reflète dans les flaques de la place Taksim. Les tintements de milliers de bijoux de pacotilles lorsqu'ils s'entrechoquent; ou le brillant des cachemires et des soies empilées au Grand Bazar. Les chuchotements furtifs qui s'élèvent sous les coupoles de la Mosquée Bleue, où croyants et visiteurs se côtoient, se croisent et se confondent. Le grondement incessant de la grande avenue Istiqlal, que ses millions de visiteurs quotidiens polissent de leurs pas. 

Sur le pont de Galata, on émerge enfin du dédale de cette ville si pleine de toutes ses contradictions. 

Là, des minarets dressés vers un ciel nuageux. Ils semblent y faire des trouées au travers desquelles filtrent quelques rayons, qui éclairent le Bosphore de leur lumière d'or pâle. 


---------------------------------------------


Allez à Istanbul, vous allez adorer. 

The Istanbul Photo Diary #7 - Blue Mosque