lundi 16 septembre 2013

The Tremendous Tale of the Evil Chair in the Library

Aujourd'hui donc, entre le déjeuner et mon cours de Comparative Politics of Ethnic Diversity, je pensais, en élève studieuse que je suis, m'avancer un peu dans mes lectures.

Parce qu'avec trois heures de cours par matière par semaine, j'ai très vite réalisé que le travail personnel et notamment les lectures à faire en amont étaient essentielles. Il paraît qu'à Sciences Po on apprend à ne pas lire - je ne m'étendrai pas là-dessus mais si vous voulez en savoir plus je serai ravie de vous expliquer le pourquoi du comment. Ici négliger son travail personnel, c'est littéralement se tirer une balle dans le pied. *

C'est donc avec le plus grand naturel que je me suis dirigée vers la bibliothèque - oh pardon, l'une des bibliothèques. Par ailleurs, je précise que celle dont je parle ressemble plus à un musée qu'autre chose, en fait.

Je précise également que ses concepteurs ont voulu qu'elle soit dotée d'immenses fauteuils faisant face à d'immenses fenêtres. Point essentiel pour la suite de l'intrigue.




Vous devinez déjà que le point essentiel, ce sont les fauteuils et non les fenêtres. Et pour cause : ils sont d'un confort redoutable. C'est à dire qu'à peine avais-je eu le temps de poser un bout de fesse dessus, que je m'étais déjà instantanément endormie. 

Fin de l'histoire.











Et pour ceux que ça intéresse, je me suis réveillée à temps pour assister à mon cours.  


--------------------------


* Vous trouverez ici l'article très drôle (dans le genre pince-sans-rire, ça marche tout le temps avec moi) d'un confrère également parti pour l'année aux États-Unis, et qui saura fort bien vous renseigner sur le fonctionnement des cours ici. 


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire