vendredi 28 février 2014

FW : Introduction


Les semaines de défilés tirent à leur fin. Bientôt les rédactrices de mode, acheteurs et autres attachés de presse rangeront leurs talons qu'elles ont traînés aux quatre coins des capitales de la mode que sont New York, Londres, Milan et Paris. 



Beaucoup de jet-lag, de photographes, de tenues empruntées, de champagne, de glamour ; peu de sommeil (et de repas pour certaines).

J'invente peut-être ; après tout, je n'y étais pas. Ce qui ne m'empêche pas de pouvoir me concentrer sur ce qui m'intéresse réellement, au-delà de la faune fashion* en représentation quasi-permanente pendant ce mois passé dans un monde fantasmé, quasi-irréel, où on appelle 'excentricité' ce qui ailleurs s'apparenterait à de la folie. Les vêtements.

Je ne regarde pas les diffusions de défilés en direct. J'aime la mode, mais ce n'est pas en fonction d'elle que je construis mon emploi du temps (pas encore). La culture du "tout, tout de suite" qu'autorisent Internet et les réseaux sociaux, ne me fait pas rêver. **

Il me reste les photos.

Je ne sais pas combien d'entre vous ça intéressera mais dans les jours prochains j'écrirai quelques revues de défilés. 

Pour aujourd'hui, ce sera Paris. Avec le belge Martin Margiela.


P.S: "FW", c'est pour Fashion Week. C'est le seul anglicisme que je me permettrai. Tous les machins comme "trendy", "roots", "casual", "cool"... Je m'efforcerai d'éviter, je trouve ça lourd.




--------------------------------------------------

* Ou "Circus of Fashion". Si l'expression ne vous est pas familière, je vous renvoie à l'article de Suzy Menkes pour le New York Times, ici.

** Oui, je rate certainement quelque chose. Difficile de se rendre compte de la fluidité d'une soie ou de l'opulence d'une fourrure en photo. Alors ce week-end j'essaierai d'en regarder au moins un. 



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire